Happy End per Tripòl !

Vielh soq de Tripol

5 de heurèr, 2014

Aprèp tres ans de guerrilha urbana, la vila de Tripòl (Nòrd Liban) tornèc trobar enfin la patz duas setmanas-a, tant subitament com tot avèva començat…


Les tapises pénjan deus balcons en se mòver tranquilament au grat d’un ventonet marin, les taulèrs de fruta son plens de mèsplas e de prunas verdas, un vièlh mercand mostachós lava la veirina de son restaurantet de falàfel, un escóter portant tres gojats plan cavilhats eslaloma a hum de calhau entre les badaires : las ruetas popularas deu soq de Tripòl renéixen devath le sorèlh primavèr. A quauques mètras de la glèisa ortodòxa, duas gojatas, l’ua velada, l’auta pas, escàmbian secrets au sortir de l’escòla. Benlèu a prepaus d’Amal Alameddin, la nòvia libanesa de Georges Clooney que pausa sus las afichas de cada libraria auèi, o de çò que cadua hascoc pendent las vacanças de Pascas. En tot cas, se parla pas de guèrra, aquò’s segur. Que tot es acabat adara a Tripòl, dempèi quauquas setmanas que paréixen sègles dija…

  Quina istòria estranha la d’aquera guèrra urbana que durèc tres ans dins l’ex-grana vila de Liban, ara nomada « vila deus praubes », tant per le nivèu economic de la majoritat de sons abitants com per las violéncias assassinas que menèn de l’aute costat deu Stix mantuns tripolitans deus dus barris enemics Jabal Mohsen e Bab el-Tebbene. A l’origina, conflict entre familhas importantas e mafiosas de la vila, s’es lèu mudat, pramor deus ligams damb la Síria vesina, en conflict interconfessionau entre sunitas e alaoitas d’aquestes dus barris separats, ironicament, per la Rua de Síria. En efèit, se le president Bachar el-Aassad hè part de la comunitat alaoita, les sunitas son eths, com se sap, fòrça majoritàriament deu costat deus opausants sirians.

Aprèp annadas de luta e l’intervencion de l’armada libanesa – e d’acòrds politics – tots se reconcilièn en s’anar ofresir – tanlèu l’endeman de l’armistici – pastises arabes, tè de menta e embraçadas au bèth mei de la rua on se pampèvan ! Segur, pas digun se dèixa enganar e cadun sap plan qu’aquesta comèdia es pas que la seguida de la tragèdia d’avant, e que les actors son pas cap libres de l’escenari. Mès rai, se le pòple pòt enfin alenar e la vila tornar trobar sa doçor passada, tots accèptan le jòc.
Es donc dins aquesta atmosfèra apasimada que me passejèi dins le laberint de ruetas de Tripòl e de El-Mina, le barri deu pòrt on, ça ditz la legenda, le trobador Jaufre Rudel se vengoc morir dins les braces de son « amor de lonh », la princessa de Tripòl, dempèi longtemps vila de tragèdia, de legenda e de peguèra… Estóssen pas que d’amor e de poesias!
   Aicí le país de l’amor de lonh, adixatz e yalla bye!

Sho fi ma fi ?

Dalal Boutros
Dalal Boutros

10 d’abriu, 2014

Cho fi ma fi ?

En Liban, ausiratz sovent aquesta question que vòu díser « Qué i a, qué i a pas ? » e que permet de demanar çò de nau, o tot simplament de saber se tot va plan. La costuma es d’i respóner damb un « ma fi chi », i a pas ren. Mès, en l’ausir, m’arriba a còps d’i voler respóner literalament : alavètz, en Liban, cho fi ma fi ?

En Liban, i a la mar, mès i a pas més de peixes dedins.
En Liban, i a la montanha, mès i pas de nèu engüan.
En Liban, i a tres religions e quatorze confessions mès i a pas de maridatge a la lei.
En Liban, i a 6 còps més de hemnas que d’òmes, mès i pas le drèit per las Libanesas de transméter la nacionalitat.
En Liban, i a un nau govèrn, mès i a pas agut d’eleccions.
En Liban, i a quan mèma la democracia, mès, en Orient Mejan, i a pas qu’Israël qu’a le drèit d’èster taxat de democratic.
En Liban, i a l’independéncia, mès l’orde de París, de Damasc, de Teeran, e de Washington compta més que le deu President.
En Liban, i a pas d’electricitat publica les tres quarts deu jorn, mès i a de grops-electrogènas que te còstan 100 dollars le mes.
I a de grops-electrogènas que te còstan 100 dollars le mes, mès les panèus publicitaris son sempre esclairats.
I a las facturas de telefòn més caras deu mond, més i a pas un Libanés ua minuta sense son I-phone dins la man.
I a de veituras americanas que ròtlan a 200 quilomètras per ora, mès i a pas de còdi de la rota.
I a d’encombraments a cada ora deu jorn o de la nèit, mès i a pas degun que marcha entà anar querre le pan.
I a de regions on la protitucion es legala, mès i a pas le drèit de se potonejar dins la rua.
I a les melhors espitaus de la region, mès i a quasi pas de seguritat sociala.
I a 1 000 000 de refugiats palestinians, mès i a pas le drèit per eths de s’installar.
I a 1 000 000 de refugiats sirians o més, mès i a pas de trabalh per eths.
I a 4 000 000 de Libaneses, mès i a pas d’ajuda internacionala per acuelhir 50 per cent més de poblacion en refugiats.
I a pas més la guèrra civila, mès i a tots les ancians caps de milícias au poder.
I a la patz, mès i a explosions e fusilhadas a Tripòl, a Beïrot com a la frontièra siriana e israeliana.
I a le sorèlh, mès i a quasi pas de ploja dempèi la prima passada.
En Liban, i a mantuns problèmas, mès i a pas un tipe qu’es vengut aicí sense s’enamorar com un pèc de la montanha dins la mar, deus rísers de las gents, de la musica de l’od, deus mezzes a l’arak, deus cafès sus las terrassas deus ostaus, de la holia de cadun que permèt de doblidar un pòc que doman serà benlèu complicat…
Alavètz cho fi ma fi ? ma fi chi !

Aicí le país de l’amor de lonh, adixatz e yalla bye !
Cronica deu Cedre suu jornalet.com

Contra l’inter-dialectalisme dins las òbras cinematograficas en occitan

13 d’octòber, 2013

(entà un discors rasonat de la transmission de la lenga)

Mentre qu’ua web-television en occitan seré a se crear per la fin de l’an(1), pareix important de questionar le rapòrt a la transmission de la lenga, sustot en direccion deus joens, dins las òbras cinematograficas. En efèit, le ròtle deus films de cap aus mainatges (e a tot aprenent) sembla d’ua importància màger ende un aprentissatge agradable e eficaç de la lenga. La possibilitat d’ua television sus internet en occitan pareix èster ua oportunitat grana (aurén ja trobat 115 000 euros…), au mens entà crear e aver a disposicion (auèi e deman) produccions TV e supòrts pedagogics com les dessenhs animats, en lenga nòsta.

Praquò, la question que se pausa adara, es de saber plan de quina manera ac haràm. Pareix auèi admes e evident de que les films en occitan sían doblats segon l’ideologia de l’inter-dialectalisme, on a cada personatge correspond un dialècte (segon las divisions dialectalas de l’IEO). Disi ideologia perque vesi pas ren d’aute entà definir quaucom que, en dehòra d’aquò, sembla anti-pedagogic, anti-logic, e quasi dangerós ende la salvacion de la lenga, quitament se la pensada darrèr l’idèa es interesanta e comprensibla.

Dins ua optica occitanista, la defensa de la lenga d’òc passa per la « promocion e l’ensenhament de l’occitan dins le respect de sa diversitat dialectala »(2). Autament dit, le parlar locau es l’occitan, e existix pas ua forma supradialectala que poiré èster taxada d’occitan vertadièr, o d’occitan estandard(3). E tanben, afirmix de que tots aqueths parlars (o dialèctes, microdialèctes, etc…) hèn part d’un medix espaci linguistic (on intercompreneson e escambis son possibles e efectius). Aquò estoc e es encara la causida de l’occitanisme, que permet de deféner l’unitat (linguistica, culturala, istorica,…) deus paisses d’òc en tot respectar le parlar istoric e sociau deus locutors. Pas ren com le terrible totalitarisme linguistic de l’Académie Française en çò noste!

Praquò, l’idèa de que les parlars d’òc son un a maugrat de la diversitat (e a maugrat de l’istòria politica e de la pensada comuna deus quites occitans) deuré pas prénguer le pas sus la realitat sociolinguistica deu Parlar. En efèit, prepausar au gran public òbras que mèsclan les parlars sense cap motivacion(4) mès unicament dins la meta de provar ua problematica linguistica e politica, sembla fòrça contraproductiu. La question es : volèm que les occitans parlen lor parlar o que sàpian tots les parlars d’òc ? La responsa es evidenta ende tot occitanista que se respecta. Puixque l’intercompreneson es clara, basta de conéixer son parlar. E la rèsta, deixam-la aus universitaris o autes aimadors de la lenga. Péger, hèr passar l’idèa de que un film en occitan es ua òbra on mantuns e lèu tots les parlars (segon la division dialectala) son utilizats pòt hèr créser de que l’occitan vertadièr es la soma deus parlars, e non le patois locau solet : aquò es anti-occitanista, en més d’èster anti-pedagogic! E es significatiu de que las escòlas qu’ensenhan en occitan (calandretas e òc-bi) ensenhen dins le dialècte locau : s’i encontra pas un professor lengadocianofòne ende l’istòria, un gasconofòne ende la literatura, un provençalofòne ende las arts, etc… Se jamés un professor veng d’ua auta region, aurà d’aprénguer e de parlar le dialècte locau. Benlèu pr’amor que las escòlas son més au fèit de la realitat pedagogica. Mès, es clar de que ua television en òc a per prumèra meta de se hèr un supòrt pedagogic endeus aprenents. Caudré doncs plan pensar noste biais de comunicar sus e dins la lenga. Sembleré fòrça més utile e pratic de prepausar films dins cada dialecte(5) a fin de conservar la diversitat de la lenga, de perméter le ligam entre locutors natius e joens e de botar en lum la realitat de la lenga d’òc. E libre a qui vòu d’anar espiar, o quitament de programar, films dins un parlar diferent :  » a tè, le filmòt es en mondin auèi, en auvernhat…? » E non pas,  » le film es dins la sopa deus parlars, pas jamés d’aicí, pas jamés de quauque lòc, desrasigat… ».

Aquestes praubets films sémblan sosmeses a la pression deus ideològues e sientifics de la lenga. Non caudré pas desbrembar de que son tanben òbras artisticas, en més d’èster pedagogics. E se ved pas jamés romans o cançons on se càmbia de dialècte a cada frasa o cada vèrs (manca s’es volgut, un còp o l’aute, ende se divertir o deféner quicom, mès es lonh d’èster la majoritat). Caudré doncs un pòc més de logica e de pedagogia ende desamorçar un mau pas ideologic que, per dessús le marcat, contraditz sa pròpia pensada.

Deféner l’occitan, es lutar per e entà le quite pòble, dins sa realitat de terrenh. Nos cau èster a son servici, e non pas se servir d’eth ende neurir fanstamas personaus.

 

1. « Car la Région aidera au lancement de Oc Tele, à raison de 50 000 € en année pleine. Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques en fera autant avec un même montant. La Dordogne s’est engagée à hauteur de 15 000€.»
LONGUE Thomas «Oc Tele ne fera pas de la télévision au rabais », in Sud-Ouest, 24/08/2013
2. « Presentation et fonctionnement », sur le site de l’IEO, http://www.ieo-oc.org/, 17/10/2013
3. FRAJ Eric, « Quel occitan pour demain ? », sur http://taban.canalblog.com/, 17/10/2013
« Arrêtons donc de considérer l’occitan comme une forme supra-dialectale, alors qu’il ne se tient pas en dehors de ces modalités que l’on ne cesse de présenter comme des dialectes, ce qu’elles ne sont pas. Elles sont le réel même de la langue – son inhérence, sa consistance – pas des extériorités ou des excroissances. Il faut rompre salutairement avec un schéma très français, au sens où il nous est légué par l’histoire de la France : celui de la hiérarchisation des idiomes, donc des individus et des peuples qui les parlent. »
4. En banda dessenhada – mès es le medix problèma – avèm poscut véser un medix vilatge on s’emplègava diferents parlars (Asterix a l’escòla gallesa, 2004, Dàvid Grosclaude)! Qué pensar doncs d’un vilatge, d’un barri, d’ua familha, on se parla dialèctes diferents sense cap rason (l’unica rason seré que le personatge, efectivament, es estrangièr), on les dròlles aurén aprés un parlar diferent de sons pairs…? E nos podem questionar suu problèma que pòt pausar la causida deus dialèctes en foncion deu personatge : le parlar lengadocian sembla èster le deus eròis, le gascon le de l’amic simpatic o risolèr, etc… on tornam hèr, o inventam, estereotipes sus las regions en considerar le lengadocian com l’occitan de referéncia. Tot aquò manca de logic e de rason!
5. En tot saber que la division dialectala es ua acte sientific que pausa tanben problèmas de realitat ultralocala, mès que nos sembla èster (aquò’s personau) le melhor biais de conservar la diversitat en tot perméter l’ensenhament e la difusion modèrna de la lenga d’òc. En més, s’adapta aisidament a la pensada populara sus la lenga : més aisit de parlar de gascon o de provençau a un locutor natiu, perque pas se’n servir meslèu que de deixar aquò aus negadors de l’unitat de la lenga e deus paises d’òc!

Pourquoi défendre l’occitan aujourd’hui ?

27 d’abriu, 2013

Quand on choisit de créer dans une langue dite « régionale » en France, cela ne va pas de soi (sauf les muets…). À la question, si souvent posée, de l’intérêt aujourd’hui de poursuivre la lutte pour la langue d’oc, j’ai cherché à donner quelques bribes de réponse par ce texte. Il n’a ni la prétention d’être exhaustif, ni celle d’expliquer les raisons de l’engagement de chaque militant. Il explique simplement pourquoi moi et quelques complices de lutte qui se reconnaîtront dans ces idées avons choisi ce combat.

Pourquoi défendre et promouvoir les langues dites « minoritaires » ?

Selon le linguiste Claude Hagège¹, dans cent ans, plus de la moitié des langues du monde encore existantes auront disparu. Phénomène extrêmement rapide qui dénote bien que nous avons affaire à un événement historique extraordinaire, loin d’une mort « naturelle » des cultures. Il s’agit bien d’une des conséquences de l’impérialisme économique et culturel qui impose petit à petit au monde entier une pensée – culturelle, économique, sociale et politique – unique. La culture américaine (ou plus précisément cette global culture) et ses avatars se répandent partout dans le monde, et viennent appauvrir chaque jour un peu plus la diversité culturelle. Défendre et promouvoir les langues minoritaires (pour nous l’occitan), c’est choisir de résister à un mouvement de destruction des cultures, c’est faire le choix de la diversité des voix. C’est accepter et revendiquer le fait que le monde puisse se comprendre de différentes manières, dans des mots et des modes de vie multiples. C’est permettre une ouverture au monde fondée sur l’égalité entre les hommes et entre les cultures.
Une langue minoritaire, c’est aussi un regard différent sur le monde et les événements parce que c’est le regard d’une minorité, en marge du courant principal et de la voix officielle. C’est donc une richesse pour la compréhension des choses. Cela permet aussi une union avec les autres populations minoritaires dans le monde, un bloc alternatif de résistance à l’uniformisation et à la perte de saveurs de la planète.
Spécifiquement pour la France qui a imposé l’unique français à tout le territoire, la défense des langues minoritaires permet de rappeler que ce pays est, dès l’origine, une mosaïque de peuples et de langues. La France a longtemps cru à tort qu’un pays ne peut se construire qu’autour des valeurs nationalistes : un peuple, un état, une nation². A défaut de cette réalité en son territoire, elle a cherché à nier l’existence des peuples minoritaires, et ce faisant, a méprisé son peuple et sa propre richesse. Les langues régionales peuvent permettre à la France d’accepter les différences de toutes sortes (linguistiques, culturelles, religieuses,…), pour sortir enfin du réflexe colonialiste tant ancré et s’ouvrir aux nouvelles populations immigrées.

Situation actuelle de l’occitan et de l’identité occitane

L’occitan aujourd’hui est dans une période de transition majeure. La langue en tant que telle est clairement sur le déclin. Les locuteurs sont estimés à environ quelques millions, mais il s’agit pour la plupart de personnes âgées. Les jeunes, pour l’immense majorité, ne la connaissent pas (hormis les quelques centaines d’élèves des écoles associatives ou des sections bilingues publiques, et quelques militants). En revanche, la langue n’a pas complètement disparu du « cerveau » des occitans. Malgré tant de siècles d’oppression et de répression linguistiques, l’accent dit « méridional » continue bel et bien à se faire entendre. Cet accent (originellement issu du français appris par la population occitanophone) prouve que l’occitan reste présent dans les têtes, qu’il s’est immiscé dans le français d’ici, comme pour se raccrocher malgré tout à la vie (tendons l’oreille à tous les occitanismes du français du sud : les pitchouns, tomber la veste, peguer, pour ne citer qu’eux). Cette présence rend d’autant plus facile le réapprentissage de l’occitan par les « méridionaux ». Mais, si rien n’est fait, ce substrat occitan disparaîtra, et la langue se standardisera complètement, conservant quelques vieux mots comme des pièces de musée. Cette situation n’est donc pas éternelle. Elle n’est qu’une transition. Beaucoup d’occitans ont d’ailleurs d’ores et déjà adopté le français « standard ». Il ne dépend que de nous de savoir si nous voulons sauver l’occitan, lui redonner toute sa vitalité quotidienne ou le laisser définitivement mourir. Il n’est pas encore trop tard pour qu’il revive, mais il ne faut pas tarder.
Il nous semble aussi que l’identité occitane existe encore. En effet, combien de « sudistes » se définissent avec fierté comme des « méridionaux », des gens du soleil, à défaut de pouvoir faire référence à leur vraie identité, l’occitane ? Combien de méridionaux veulent conserver leur accent, le défendent, combien surtout se sentent différents de Paris, proche de l’Espagne, de l’Italie, et cherchent dans ces suds des moyens de contrebalancer la perte de leur propre culture ? « Est-ce le soleil qui transforme mon accent, mon mode de vie, mes coutumes ? », se demandent-ils alors. Cette période de transition linguistique (et donc culturelle) crée un état de déséquilibre identitaire chez les occitans, qui ne savent plus très bien où se situe leur propre culture : pas exactement Paris, pas tout à fait Madrid ni Milan non plus,… La réponse est pourtant claire: nous sommes occitans. Retrouver la langue permettrait de retrouver la culture, et de s’épanouir pleinement dans cette identité (sans avoir à se créer de fausses représentations identitaires ou culturelles). Et être épanoui dans son identité permet, il nous semble, d’être plus ouvert et accueillant aux autres cultures, ne sentant pas la sienne en danger³. Pour l’instant, nous sommes dans une culture affadie, à l’image de ces cathédrales, autrefois peintes de couleurs chatoyantes, qui aujourd’hui n’ont plus qu’une façade grisâtre. Reparler l’occitan, ce serait redonner ses couleurs vives et éclatantes à ce territoire et à ses habitants.
Il dépend de notre génération de savoir quoi faire de notre culture : ou la perdre ou la sauver. En sachant que nous sommes certainement les derniers à avoir ce choix, et que l’occitan ne peut être véritablement défendu et sauvé qu’ici. Il nous incombe donc un rôle, une mission. A nous de l’accepter ou de la refuser…

La langue occitane, point central de la culture

Pour sauver notre culture occitane, ce qu’il importe de sauver en premier lieu, c’est la langue. C’est autour d’elle que se définit la culture. Les territoires occitans⁴ sont ceux où la langue est (ou était) parlée. La langue, c’est aussi l’espace de représentation d’une culture. Retrouver la langue, c’est se remettre à nager dans les eaux de notre culture, c’est se réapproprier notre vision du monde (conservée avec difficulté dans le français méridional). À travers la langue, les occitans pourront ré-exprimer librement leur culture, leur mode de vie et leur mode d’expression particuliers. Hors la langue, pas de salut pour la culture. Sinon, tout n’est plus que folklore de musée, endroit où l’on voudrait cantonner nos identités dérangeantes pour l’Etat français. Il s’agit de sauver la langue et de redévelopper sa pratique sociale.
Pour ce faire, la langue d’oc a la chance d’avoir de nombreux outils déjà créés : des manuels de langues existent depuis longtemps, l’orthographe a été standardisée, les espaces dialectaux définis, etc…
Reste à travailler sur la présence sociale de la langue, en particulier dans les médias, la culture populaire et le monde du travail.

Qui est occitan ?

Qui prendra en charge le renouveau de l’occitan, qui cela regarde-t-il ?
Le monde occitan, c’est l’espace défini par un territoire où l’on parle la langue traditionnellement . Est occitan toute personne qui vit dans cet espace et se sent appartenir à la culture « méridionale » (à défaut de l’appeler occitane, sans oublier que les basques et les catalans se situent aussi dans ce midi géographique) : accent méridional, mode de vie méridional, etc… Peu importe l’origine et le sang. L’Occitanie est une terre d’immigration au moins depuis la fin du dix-neuvième siècle (pour l’immigration récente). Pour autant, les populations d’origine immigrée ont assimilé cette culture, notamment l’accent. Cela met en évidence le fait que l’appartenance occitane existe, et qu’elle touche tous les habitants des pays occitans.
D’ailleurs, la culture d’oc du Moyen-Age défendait déjà l’idée de la convivéncia, du vivre ensemble et de l’accueil de l’étranger. Il ne s’agit donc surtout pas de définir une population véritablement occitane à l’intérieur des territoires occitans, qui aurait à prendre en charge la défense de son ethnie, mais au contraire de défendre une culture qui nous parle à tous ici, au-delà des origines individuelles. L’occitan et sa culture, c’est l’affaire de tous les habitants des territoires occitans.
Il nous faut donc décider si nous souhaitons conserver notre spécificité occitane et, par là, nous inscrire dans un mouvement global de défense des diversités culturelles, ou si nous préférons adopter définitivement la culture principale de Paris (et demain celle de New-York ou Pékin, en version globalisée) et suivre la voie de l’uniformité. Nous avons fait notre choix, à chacun de faire le sien.

Notes

1. Halte à la mort des langues, Claude Hagège, Odile Jacob, 2000

2. À ce sujet, voire l’excellent La théocratie républicaine, de SURRE GARCIA Alem (L’Harmattan, juin 2010), dans lequel l’auteur définit « l’équation suprême » du nationalisme français : « Un seul Etat égale une seule Nation égale un seul Peuple égale une seule Patrie égale une seule Histoire égale une seule Langue égale une seule Culture.»

3. L’éditorialiste du journal occitan en ligne Jornalet notait il y a quelques jours suite aux élections européennes (de mai 2014) que les régions à identité forte et populairement admise (Corse et Bretagne en tête)  n’avaient pas succombé à la vague Front National et avaient en revanche donner de bons résultats pour les partis « européistes et favorables aux droits des peuples sans états », formant un « cordon sanitaire contre l’extrême droite et le populisme » (« los movements europeïstas e favorables als dreches dels pòbles sens estat son un mur natural e un cordon sanitari contra l’extrèma drecha e lo populisme. », »Occitanisme politic : la restanca contra lo Front National »). Ce qui ne fut malheureusement (et honteusement) pas le cas dans les pays d’oc…

4. Les pays occitans : Provence, Drôme-Vivarais, Auvergne, Limousin, Guyenne, Gascogne (dont le Val d’Aran en Espagne), Languedoc, Vallées Occitanes (Italie).

Caminant

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Mes enlà deu desèrt
Mes enlà deu silenci
Mes lonh a l’endarrèr
D’un camin que camina
Enlà de l’orizont
Que dessenha las dunas
Enlà de l’orason
Pujant cap a la lua

Caminant, caminant
Vam caminant…

E mes enlà deus teits
De la vila sens astre
Fòrça lonh de las leis
Qu’empresonan o caçan
Enlà de l’auceron
De tant libra volada
E mes enlà deus plors
Deus que son dins la gàbia
Caminant…

Mes enlà deu desèr
Enlà deus tius silencis
Un pòc a l’endarrèr
De tas mans que se tenden
Mes enlà d’aqueth cant
E d’aqueth crit de luta
Mes enlà de la sang
Dins la rua caijuda
Caminant…

Français
Cheminant

Par-delà le désert
Par-delà le silence
Un peu plus loin derrière
Un chemin qui s’avance
Par-delà l’horizon
Qui dessine les dunes
Par-delà l’oraison
Qui monte vers la lune

Cheminant, cheminant
Nous allons cheminant

Et par-delà les toits
De la ville sans astre
Loin de toutes ces lois
Qui emprisonnent ou chassent
Et par delà l’envol
De l’oiseau de passage
Par-delà la révolte
De ceux qui sont en cage
Cheminant…

Par-delà le désir
Par-delà tes silences
Un peu plus loin derrière
Une main qui s’avance
Et par-delà ce chant
Et ce cri de lutte
Et par-delà le sang
Tombé dans la rue
Cheminant…

Vagamonds

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Per la lua que’s trufa ben de nosauts
Dambe’l siu ríser d’argent caphaut
Per l’aucèth que ritz plan dambe era sovent
Jogant de jòia dins los quate vents
Per eths que coneixen pas cap frontièras
Que vesen pertot pas qu’un sorèlh, qu’un cèu
Que risen ben en nos ausir parlar
De leis, de drapèus e d’estats
Pòdi cantar

Pas cap autoctòne sus tèrra
Per’cí passam com vagamonds
Anem hèr càiger las frontièras
Que’l camin ja es plan tròp cort
Anem hèr càiger las frontièras
Muralharàn pas l’orizont

Peu gran concèrt de jòias e de plors
Que cantan pertot totòm a l’unisson
Peu crit deu nen que acaba de néixer
Peu crit deu vièlh que ara acaba d’èsser
Per la cançons, las votzes de las mairs
Protegint le dròlle de la paur e deu mau
Un cant que’ns tòrna quan ja hè tard
Brembèr d’un país lonhèc ara
Pòdi cantar

Per la guitarra que m’acompanha
Que devoc traversar Egipta e Espanha
Qu’estoc alisada per mantuas mans
De cada costat de cada ocean
E peus grans camins damb les fraires gitans
Dins les correders deu metropolitan
Companha d’exili, companha de planh
Miralh de la lua ací baix
Pòdi cantar

Français
Vagabonds

Par la lune qui se moque bien de nous
Avec son sourire d’argent là-haut
Par l’oiseau qui rit avec elle souvent
Jouant de joie dans les quatre vent
Par eux qui ne connaissent aucune frontière
Qui ne voient partout qu’un soleil, qu’un ciel
Qui rient bien en nous entendant parler
De lois, de drapeaux et d’états
Je peux chanter

Pas d’autochtone sur terre
Par ici nous passons comme vagabonds
Allons faire tomber les frontières
Car le chemine est bien trop court
Allons faire tomber les frontières
Ils n’emmureront pas l’horizon

Par le grand concert de joies et de pleurs
Que chantent partout tous les les hommes à l’unisson
Par le cri du bébé qui vient de naître
Par le cri du vieux qui finit d’être
Par les chansons, par la voix de la mère
Protégeant l’enfant de la peur et du mal
Un chant qui nous revient quand il est déjà tard
Souvenir d’un pays lontain désormais
Je peux chanter…

Par la guitare qui m’accompagne
Qui a du traverser Egypte et Espagne
Qui fut caressée par tant de mains
De chaque côté de chaque océan
Et par les grands chemins avec les frères gitans
Dans les couloirs du métro
Compagne d’exil, compagne de plainte
Miroir de la lune ici-bas,
je peux chanter…

Companh

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Vengós ací deu sud
De las tèrras lonhècas
Per Espanha e l’azur
La mediterranèa
Sus ua onda de paur
De misèria e de penas
Damb lo coratge au còr
L’espèr darrèr l’estela

Companh, companh
Cántem anèit companh
Doman, doman
Qui sap on seràm
Companh, Companh
Càntem ensem companh
Doman, doman
S’ausirà’l reclam

Jòga per jo companh
De la tiva guitarra
Fa mes bèth fa mes caud
Me sembli quan tu cantas
Quants camins caminès
Tà tustar a ma pòrta
Dins las mans lo cadèu
De nòvas bèras nòtas

Vengós ací deu sud
De las tèrras lonhècas
Per l’Espanha e l’azur
La mediterranèa
Mès una onda de paur
De misèria e de pena
Ací tanben te dòu
Dinc a quan la tormenta ?

Tu es venu ici du sud
Des terres lointaines
Par l’Espagne et l’azur
La méditerranée
Sur une vague de peur
De misère et de peine
Avec le courage au coeur
L’espoir derrière l’étoile

Compagnon, compagnon
Chantons ce soir compagnon
Demain, demain
Qui sait où nous serons
Compagnon, compagnon
Chantons ensemble compagnon
Demain, demain
On entendra un écho

Joue pour moi compagnon
De ta guitare
Il fait meilleur et plus chaud
Il me semble, quand tu chantes
Combien de chemins as-tu parcourus
Pour frapper à ma porte
Dans les mains le cadeau
De nouvelles belles notes

Français
Compagnon

Tu es venu ici du sud
Des terres lointaines
Par l’Espagne et l’azur
La méditerranée
Mais un vague de peur
De misère et de peines
Ici aussi te blesse
Jusqu’à quand la tempête ?