Primaël Montgauzí

Tròba Occitana

Inutile

27/01/2013
primaelmontgauzi

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Vengan pas de hautas esfèras
Las cançons que vòli cantar
Quan cantaràn las esteletas
Sempre’s de la rua d’en-baix
De la rua on encontrèi
dins le silenci de la nèit
Peu vent automnau deixats
tròçes copats de musicas ancianas

Desencusatz-me
se trempi la pluma
dins las causas que
jetatz dins la rua
desencusatz-me
se hèu poesias
se tròbi talent
damb çò d’inutile

Vengan pas d’aquestes libres
Que nos an apres a pensar
son d’un lengatge sempre libre
E que jamés comprendaràn
Aquera lenga que vesoi
jasenta en pelha e en plor
Au hons d’un jardin desbrembat
entre las èrbas hautas deu passat

Vengan pas deus grans teatres
Las cançons que soi a cantar
ací avem sonque les astres
Que nos vòlen plan esclairar
que vòlen ben hèr lutz suu còs
de la puta, deu trimard quasi mòrts
dins la rua abandonada
Peus qu’an tròp fret, qu’an corrut lèu a casa

Veng pas d’aquestes orquestres
La cançon que vos èi cantat
Sonque veng de la madera
De la guitarra e ja s’en va
Ja s’en va en hum dins la rua
tà encontrar dins un ser de bruma
Una lagrema abandonada
Peus tius uelhs vergonhoses d’aver plorar

Français
Inutile

Elles ne viennent pas de hautes sphères
Les chansons que je veux chanter
Même si elle chante les étoiles
C’est toujours depuis la rue d’en bas
De la rue où j’ai trouvé
Dans le silence de la nuit
Laissé par le vent d’automne
Des morceaux déchirés de musiques anciennes

Excusez-moi
Si je trempe la plume
Dans les choses que
Vous jetez dans la rue
Excusez-moi
Si je fais des poésies
Si je trouve l’inspiration
Dans l’inutile

Elles ne viennent pas de ces livres
Qui nous ont appris à penser
Elles sont d’un langage toujours libre
Qu’ils ne comprendront jamais
Une langue que je vis
Gisante en pleurs et en haillons
Dans un jardin oublié
Parmi les hautes herbes du passé

Elles ne viennent pas des grands théâtres
Les chansons que je chante
Ici nous n’avons que les astres
Qui veulent bien nous éclairer
Qui veulent bien éclairer le corps
De la pute et du clochard, presque morts
Dans la rue abandonnée
Par ceux qui ont trop froid, qui sont vite rentrés

Elle ne vient pas des grands orchestres
La chanson que je vous ai chantée
Elle ne vient que du bois
De la guitare, et elle s’en va
Elle s’en va en fumée dans la rue
Pour rencontrer dans un soir de brume
Une larme abandonnée
Par des yeux honteux d’avoir pleuré

Advertisements

Daissar una responsa

Required fields are marked *.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Cambiar )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.
%d bloggers like this: