Primaël Montgauzí

Tròba Occitana

Jamès

27/01/2013
primaelmontgauzi

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Jamés, jamés, nos careram pas
Jamés, pas mes, digatz-les qu’es tròp tard
De tantas penas qu’anàvam amagant
Sortirà lèu le mès prigond deus cants
Em tants pichons dins un monde tant gran
Em tant pichons mès avèm tants companhs
Escota amic avèm la tèrra entèra
Pòble indignat que voldrén espostir
Pòble indignat que chorre’l tiu crit
Digatz-les que, digatz-les qu’es tròp tard
Jamés pas mes, non nos careram pas

Jamés, jamés desbrembaràm pas
Jamés pas mes, tot çò que’ns an raubat
Les mots, l’istòria e le quite saunei
Anem reprénguer’l notre degut, anem !
La lei deus forts seré doncs l’unic biais
La lei deus forts ara n’èm fòrça harts
Jo sèi un aute camin escondut
Libre e sauvatge cobèrt de flors de prat
Que tòrnen nèixer tostemps, tostemps encara
Digatz-les que tot çò que’ns an raubat
Jamés pas mes ac desbremberam pas

Jamés jamés, abandoneram pas
Jamés pas mes, quan lutar harà mau
E per la rua, dins le fret, dins les vents
Avèm causit de nos hèr resistents
La nèit es corta e volèm pas dromir
La nèit es corta e sobra un poc de vin
Anem cantar, jogar, aimar a plen de cap
Las nòstas alas se nafran suus barrons
Alas mès granas que le quite orizont
Digatz-les que, quan lutar herà mau
Jamés pas mes abandoneram pas

Français
Jamais

Jamais, jamais, nous ne nous tairons
Jamais plus, dites-leur que c’est trop tard
De tant de peines que nous cachions
Sortira bientôt le plus profond des chants
Nous sommes si petits dans un monde si grand
Nous sommes si petits mais nous avons tant de compagnons
Ecoute ami ils sont de la terre entière
Peuple insoumis qu’on voudrait écraser
Peuple insoumis, que jaillisse ton cri
Dites-leur que, dites-leur qu’il est trop tard
Jamais jamais nous ne nous tairons

Jamais jamais nous n’oublierons
Jamais plus tout ce qu’ils nous ont volé
Les mots, l’histoire et le rêve lui-même
Allons reprendre notre dû, allons !
La loi des forts serait donc la seule façon
La loi des forts, nous en avons assez
Je sais un autre chemin caché
Libre et sauvage, couvert de fleurs des champs
Qui renaissent encore et toujours
Dites leur que tout ce qu’ils nous ont volé
Jamais jamais nous ne l’oublierons

Jamais jamais nous n’abandonnerons
Jamais plus, même si lutter fait mal
Et dans la rue par le froid et les vents
L’oiseau blessé s’est fait résistant
La nuit est courte et nous ne voulons pas dormir
La nuit est courte et il reste un peu de vin
Nous allons chanter, jouer, aimer à tue-tête
Nos ailes se blessent aux barreaux
Des ailes bien plus grandes que l’horizon
Dites-leur, même si lutter fait mal
Jamais jamais nous n’abandonnerons

Advertisements

Daissar una responsa

Required fields are marked *.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Cambiar )

Connecting to %s

Blog chas WordPress.com.
%d bloggers like this: