Primaël Montgauzí

Tròba Occitana

Vagamonds

27/01/2013
primaelmontgauzi

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Per la lua que’s trufa ben de nosauts
Dambe’l siu ríser d’argent caphaut
Per l’aucèth que ritz plan dambe era sovent
Jogant de jòia dins los quate vents
Per eths que coneixen pas cap frontièras
Que vesen pertot pas qu’un sorèlh, qu’un cèu
Que risen ben en nos ausir parlar
De leis, de drapèus e d’estats
Pòdi cantar

Pas cap autoctòne sus tèrra
Per’cí passam com vagamonds
Anem hèr càiger las frontièras
Que’l camin ja es plan tròp cort
Anem hèr càiger las frontièras
Muralharàn pas l’orizont

Peu gran concèrt de jòias e de plors
Que cantan pertot totòm a l’unisson
Peu crit deu nen que acaba de néixer
Peu crit deu vièlh que ara acaba d’èsser
Per la cançons, las votzes de las mairs
Protegint le dròlle de la paur e deu mau
Un cant que’ns tòrna quan ja hè tard
Brembèr d’un país lonhèc ara
Pòdi cantar

Per la guitarra que m’acompanha
Que devoc traversar Egipta e Espanha
Qu’estoc alisada per mantuas mans
De cada costat de cada ocean
E peus grans camins damb les fraires gitans
Dins les correders deu metropolitan
Companha d’exili, companha de planh
Miralh de la lua ací baix
Pòdi cantar

Français
Vagabonds

Par la lune qui se moque bien de nous
Avec son sourire d’argent là-haut
Par l’oiseau qui rit avec elle souvent
Jouant de joie dans les quatre vent
Par eux qui ne connaissent aucune frontière
Qui ne voient partout qu’un soleil, qu’un ciel
Qui rient bien en nous entendant parler
De lois, de drapeaux et d’états
Je peux chanter

Pas d’autochtone sur terre
Par ici nous passons comme vagabonds
Allons faire tomber les frontières
Car le chemine est bien trop court
Allons faire tomber les frontières
Ils n’emmureront pas l’horizon

Par le grand concert de joies et de pleurs
Que chantent partout tous les les hommes à l’unisson
Par le cri du bébé qui vient de naître
Par le cri du vieux qui finit d’être
Par les chansons, par la voix de la mère
Protégeant l’enfant de la peur et du mal
Un chant qui nous revient quand il est déjà tard
Souvenir d’un pays lontain désormais
Je peux chanter…

Par la guitare qui m’accompagne
Qui a du traverser Egypte et Espagne
Qui fut caressée par tant de mains
De chaque côté de chaque océan
Et par les grands chemins avec les frères gitans
Dans les couloirs du métro
Compagne d’exil, compagne de plainte
Miroir de la lune ici-bas,
je peux chanter…

Advertisements

Daissar una responsa

Required fields are marked *.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Cambiar )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Cambiar )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Cambiar )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Cambiar )

w

Connecting to %s

Blog chas WordPress.com.
%d bloggers like this: