Trobar nòu

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Ò Rua assomelha
Rua plan mistoflada
Un rai de lum te desnuda
Ò rua abandonada
Dèixa de plorar
Que s’es tornat l’aucèth de lonh
Ò rua abandonada
Dèixa de plorar
Que s’es tornat l’amor de lonh

Un trobar nòu
Ua lenga vièlha
Brembèr que’m dòu
E que me desvelha
Un trobar nòu
Ua rua vièlha
Un tram de jòia
Suus ralhs deu languiment
Aucèth d’aciu
Aucèth d’abriu
Dins l’aubret blanc
Nos vengues cantar
Aucèth d’aciu
Aucèth d’abriu
La flor de gèr qu’es tornada

Ò rua jamès carada
Rua, ni estangada
Sempre passant per la vila
Coneixes los brembèrs
Coneixes los espèrs
E le crit fòrt de la revòlta
Coneixes los brembèrs
Coneixes los espèrs
E le prètz fòrt de la revolta
Un trobar nòu…

Ò rua, tu la companha
Rua deus musicians
Te dediqui aqueste cant
Avèm pas aute lòc
Volèm pas aute lòc
Sonque’l pavat e l’aire libre
Avèm pas aute lòc
Volèm pas aute lòc
Entà cantar’l nòste aire libre
Un trobar nòu…

Français
Trobar Nou (Chanson nouvelle)

Oh rue endormie
Rue bien emmitouflée
Un rayon de lumière te désabille
Oh rue abandonnée
Cesse de pleurer
Car il est revenu l’oiseau de loin
Oh rue abandonnée
Cesse de pleurer
Car il est revenu l’amour de loin

Une chanson nouvelle
Une langue vieille
Souvenir qui me blesse
Et qui me réveille
Une chanson nouvelle
Une vieille rue
Un tramway de joie
Sur les rails du vague à l’âme
Oiseau d’avril
Oiseau de là-bas
Dans l’arbre blanc
Tu viens nous chanter
Oiseau d’avril
Oiseau de là-bas
La fleur d’hier qui est revenue

Oh rue jamais tue
Rue, ni à l’arrêt
Passant toujours par la ville
Tu connais les souvenirs
Tu connais les espoirs
Et le cri fort de la révolte
Tu connais les souvenirs
Tu connais les espoirs
Et le prix fort de la révolte

Oh rue toi la compagne
Rue des musiciens
Je te dédie ce chant
Nous n’avons pas d’autre lieu
Nous ne voulons pas d’autre lieu
Que le pavé et l’air libre
Nous n’avons pas d’autre lieu
Nous ne voulons pas d’autre lieu
Pour chanter notre air libre

Cant de rua

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Quan vei la lua mover de jòi dens la nèit
las sivas alas de lutz capsuus teits
Quan vei la rua que’s moreix d’amor per era
Quan puja le planh de la tèrra
Dempèi la finestra de la cramba
m’embadeix un aire, un cant
ua mar lusenta de plors, de lugrans
Aqueth cant tan tristi
Aqueth cant de rua
Ja chorra deu riu
torrat deu bituma
Les sius esclats
tròçes d’estelas de veire
Abrasan la ciutat
e les tius uelhs dolents

Guitarra trista e confidenta
sabes mesclar dins la madera
ua lagrema
ua estela
de nèit
Guitarra trista e confidenta
sabes unir dins ton cant bèth
la lua brua
la rua blua
de nèit

Aqueth cant, companh
pòrta-le a la lua
jòga-le le planh
Quan damorará muda
Aqueth cant amic
pòrta-le a la lua
jòga-le le crit
le crit de la rua

Français
Cant de rua (Chant de rue)

Quand je vois la lune mouvoir de joie dans la nuit
Ses ailes de lumière sur les toits
Quand je vois la rue qui se meurt d’amour pour elle
Quand monte le cri de la terre
De par la fenêtre de la chambre
M’envahit un air, un chant
Une mer luisante de pleurs, de douleurs

Ce chant si triste
Ce chant de rue
Jaillit du fleuve
Gelé du bitume
Ses éclats
Morceaux d’étoiles de verre
Embrasent la cité
Et tes yeux souffrants

Guitare triste et confidente
Tu sais unir dans le bois
Une étoile
Une larme
De nuit
Guitare triste et confidente
Tu sais mélanger dans ton beau chant
La lune bleue
La rue brune
De nuit

Ce chant compagnon
Porte-le à la lune
Porte-lui la plainte
Même si elle reste muette
Ce chant compagnon
Joue-le à la lune
Joue-lui le cri
Le cri de la rue

Vent d’estiu

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Quan son longs les jorns d’estiu
Me veng un vent de lonh per la cortina
Ai, au còth l’alen m’alisa
Ai, au còr m’tòca la brisa

Que hè mover dambdoas alas
De las irondas e deus brembèrs amassas
Que hè volar dins le sococ
L’aucèth d’aicí sus un rai de lonh
E ved le vent que siula suu hiu
Escota e ved com canta ben
E ved le vent, le lonhèc vent d’estiu
Le vent s’en veng, s’en va tanben

De l’orizont risent d’estiu
Me veng un vent de vela d’un naviu
Ai, marinièr sense riba
Ai, me cau seguir la brisa

Français
Vent d’estiu (Vent d’été)

Quand les jours d’été sont longs
Il me vient un vent de loin par le rideau
Ay, dans la nuque le souffle me caresse
Ay, dans le coeur me blesse la brise
Qui fait se mouvoir les deux ailes
Des hirondelles et des souvenirs ensemble
Qui fait voler dans le crépuscule
L’oiseau d’ici sur un rayon de loin

Et vois le vent qui siffle sur le fil
Ecoute et vois comme il chante bien
Et vois le vent, le lointain vent d’été
Le vent s’en vient, s’en va aussi

Du riant horizon d’été
Me vient un vent de voile de navire
Ay, marin sans rive
Ay, il me faut suivre la brise
Qui fait se mouvoir les deux ailes
Des hirondelles et des souvenirs ensemble
Qui fait voler dans le crépuscule
L’oiseau d’ici sur un rayon de loin
Et vois…