La cançon de non-repaus

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Es dempèi la tor mes hauta
Au mei deu barri sens lugran
Que canta l’anjo engabiat, ò canta
La cançon de non-repaus
Que canta l’anjo engabiat, ò canta
Dolors mes prigondas encara

Veijatz mas alas son sens fin
Son plan mes granas que’l cèu d’estiu
Aqueths barrons me macan tot
Leis traïdoras e poders assassins
Leis traïdoras e poders assassins

Cant’ anjo de la tor mes hauta
Jo t’anirèi acompanhar
Le cant se hè camin de cap a l’amna
Còsmos dobèrt a l’infinit
Le cant se hè camin de cap a l’amna
On volam libres e units

Las nòstas alas son sense fin
E tant se nafran suus barrons gris
Que nòsta sang ronhe enfin
Leis traïdoras e poders assassins
Leis traïdoras e poders assassins

Français
La chanson de non-repos

C’est depuis la tour la plus haute
Au milieu du quartier sans étoile
Que chante l’ange en cage, il chante
La chanson de non-repos
Que chante l’ange en cage, il chante
Des douleurs plus profondes encore

Voyez, mes ailes sont sans fin
Elles sont bien plus grandes que l’horizon d’été
Ces barreaux me blessent entièrement
Lois traitres et pouvoirs assassins

Chante, ange, de la tour la plus haute
Je viendrai t’accompagner
Le chant se fait chemin vers l’âme
Cosmos ouvert à l’infini
Le chant se fait chemin vers l’âme
Où voler libres et unis

Nos ailes sont sans fin
Et se blessent tant sur les barreaux gris
Que notre sang rouille enfin
Lois traitres et pouvoirs assassins

Inutile

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Vengan pas de hautas esfèras
Las cançons que vòli cantar
Quan cantaràn las esteletas
Sempre’s de la rua d’en-baix
De la rua on encontrèi
dins le silenci de la nèit
Peu vent automnau deixats
tròçes copats de musicas ancianas

Desencusatz-me
se trempi la pluma
dins las causas que
jetatz dins la rua
desencusatz-me
se hèu poesias
se tròbi talent
damb çò d’inutile

Vengan pas d’aquestes libres
Que nos an apres a pensar
son d’un lengatge sempre libre
E que jamés comprendaràn
Aquera lenga que vesoi
jasenta en pelha e en plor
Au hons d’un jardin desbrembat
entre las èrbas hautas deu passat

Vengan pas deus grans teatres
Las cançons que soi a cantar
ací avem sonque les astres
Que nos vòlen plan esclairar
que vòlen ben hèr lutz suu còs
de la puta, deu trimard quasi mòrts
dins la rua abandonada
Peus qu’an tròp fret, qu’an corrut lèu a casa

Veng pas d’aquestes orquestres
La cançon que vos èi cantat
Sonque veng de la madera
De la guitarra e ja s’en va
Ja s’en va en hum dins la rua
tà encontrar dins un ser de bruma
Una lagrema abandonada
Peus tius uelhs vergonhoses d’aver plorar

Français
Inutile

Elles ne viennent pas de hautes sphères
Les chansons que je veux chanter
Même si elle chante les étoiles
C’est toujours depuis la rue d’en bas
De la rue où j’ai trouvé
Dans le silence de la nuit
Laissé par le vent d’automne
Des morceaux déchirés de musiques anciennes

Excusez-moi
Si je trempe la plume
Dans les choses que
Vous jetez dans la rue
Excusez-moi
Si je fais des poésies
Si je trouve l’inspiration
Dans l’inutile

Elles ne viennent pas de ces livres
Qui nous ont appris à penser
Elles sont d’un langage toujours libre
Qu’ils ne comprendront jamais
Une langue que je vis
Gisante en pleurs et en haillons
Dans un jardin oublié
Parmi les hautes herbes du passé

Elles ne viennent pas des grands théâtres
Les chansons que je chante
Ici nous n’avons que les astres
Qui veulent bien nous éclairer
Qui veulent bien éclairer le corps
De la pute et du clochard, presque morts
Dans la rue abandonnée
Par ceux qui ont trop froid, qui sont vite rentrés

Elle ne vient pas des grands orchestres
La chanson que je vous ai chantée
Elle ne vient que du bois
De la guitare, et elle s’en va
Elle s’en va en fumée dans la rue
Pour rencontrer dans un soir de brume
Une larme abandonnée
Par des yeux honteux d’avoir pleuré

Auba

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Las parets de la cramba
Doçament se hèn lonh
Com un raubaire un rai de jorn
Veng raubar le miu sòm
Au hons deu pati l’auba
canta a plen de cap
Sense pas cap atencion au jas
D’ua hadeta que dròm

Ensagi de caçar l’aucèth
Le disi de deixar la nèit
Ensagi de caçar l’aucèth
Dèixa la lua dins le cèu
Mès ara veng, mès ara veng
Ai l’auba qué tan tòst veng
De tira veng, de tira veng
Ai l’auba qué tan tòst veng

Au hum d’un cafè negre
S’enairan les sauneis
Le vent gelós veng levar dins le leit
un linçòu mut e triste
Ja me venguen les sovénguers
sus la flècha deu lum
ai me dòlen quan damòra le crum
d’ua hadeta hugida
Ensagi de…

Saunejèi d’ua hèsta
On dançavan ensems
E le jorn e le nèit tot dos jausencs
D’aver tant léser de viver
Sabes tu que sus tèrra
Le matin es tant doç
Se le trabalh hè l’uman ditz-me doncs
Perqué hè l’uman tant triste
Ensagi de…

Jamès

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Jamés, jamés, nos careram pas
Jamés, pas mes, digatz-les qu’es tròp tard
De tantas penas qu’anàvam amagant
Sortirà lèu le mès prigond deus cants
Em tants pichons dins un monde tant gran
Em tant pichons mès avèm tants companhs
Escota amic avèm la tèrra entèra
Pòble indignat que voldrén espostir
Pòble indignat que chorre’l tiu crit
Digatz-les que, digatz-les qu’es tròp tard
Jamés pas mes, non nos careram pas

Jamés, jamés desbrembaràm pas
Jamés pas mes, tot çò que’ns an raubat
Les mots, l’istòria e le quite saunei
Anem reprénguer’l notre degut, anem !
La lei deus forts seré doncs l’unic biais
La lei deus forts ara n’èm fòrça harts
Jo sèi un aute camin escondut
Libre e sauvatge cobèrt de flors de prat
Que tòrnen nèixer tostemps, tostemps encara
Digatz-les que tot çò que’ns an raubat
Jamés pas mes ac desbremberam pas

Jamés jamés, abandoneram pas
Jamés pas mes, quan lutar harà mau
E per la rua, dins le fret, dins les vents
Avèm causit de nos hèr resistents
La nèit es corta e volèm pas dromir
La nèit es corta e sobra un poc de vin
Anem cantar, jogar, aimar a plen de cap
Las nòstas alas se nafran suus barrons
Alas mès granas que le quite orizont
Digatz-les que, quan lutar herà mau
Jamés pas mes abandoneram pas

Français
Jamais

Jamais, jamais, nous ne nous tairons
Jamais plus, dites-leur que c’est trop tard
De tant de peines que nous cachions
Sortira bientôt le plus profond des chants
Nous sommes si petits dans un monde si grand
Nous sommes si petits mais nous avons tant de compagnons
Ecoute ami ils sont de la terre entière
Peuple insoumis qu’on voudrait écraser
Peuple insoumis, que jaillisse ton cri
Dites-leur que, dites-leur qu’il est trop tard
Jamais jamais nous ne nous tairons

Jamais jamais nous n’oublierons
Jamais plus tout ce qu’ils nous ont volé
Les mots, l’histoire et le rêve lui-même
Allons reprendre notre dû, allons !
La loi des forts serait donc la seule façon
La loi des forts, nous en avons assez
Je sais un autre chemin caché
Libre et sauvage, couvert de fleurs des champs
Qui renaissent encore et toujours
Dites leur que tout ce qu’ils nous ont volé
Jamais jamais nous ne l’oublierons

Jamais jamais nous n’abandonnerons
Jamais plus, même si lutter fait mal
Et dans la rue par le froid et les vents
L’oiseau blessé s’est fait résistant
La nuit est courte et nous ne voulons pas dormir
La nuit est courte et il reste un peu de vin
Nous allons chanter, jouer, aimer à tue-tête
Nos ailes se blessent aux barreaux
Des ailes bien plus grandes que l’horizon
Dites-leur, même si lutter fait mal
Jamais jamais nous n’abandonnerons

Adiu

(mot e son de Primaël Montgauzí)

La bruma linçòu blanc de pluma
Amaga un tant triste planh
Amaga dolors caijudas
E plors que se disen pas
Lonh au cap de la rua
Tres policièrs s’en van
Tustèn de d’ora a la pòrta
Armats de fusilhs e de leis
Tuèn de d’ora a sa pòrta
Còp-sèc d’un còp fret
Le sens-papèr, sens-dreit
Dins la bruma de pluma
S’enaira un tant triste planh

Adiu tèrra estimada
Adiu, me pòrta le vent
Cap a un país sens larma
Ni estat, ni paur ni ren

Quantes matins de bruma
Quantes tants tristes sòrts
Quantes còs dins la rua
E quantes inocents mòrts
Abans que criden las pèiras
Abans que’s lève le pòble
Ai, coma cantar guitarra
Quan le silenci es tant fòrt
Ai, coma cantar guitarra
Èi amarum au còr
E vergonha dins l’amna
Quantes matins de bruma
Quantes planhs de memòria

Adiu tèrra estimada
Adiu, me pòrta le vent
Cap a un país sens larma
Dont pareixeràs pas ren

Français
Adieu

La brume, linceul blanc de plumes
Cache une si triste plainte
Cache des douleurs tombées
Et des pleurs que l’on ne dit pas
Loin, au bout de la rue
Trois policiers s’en vont
Ils ont frappé très tôt à la porte
Armés de fusils et de lois
Ils ont tué très tôt à sa porte
Soudain, d’un coup froid
Le sans-papier, sans droit
Dans la brume de plume
S’envole une triste plainte

Adieu terre tant aimée
Adieu, le vent me porte
Vers un pays sans larme
Ni état, ni peur, ni rien

Combien de matins de brume
Combien de si triste sorts
Combien de corps dans la rue
Combien d’innocents morts
Avant que ne crient les pierres
Avant que ne se lève le peuple
Ay, comment chanter guitare
Quand le silence est si fort
Ay, comment chanter guitare
J’ai de l’amertume au cœur
Et de la honte dans l’âme
Combien de matins de brumes
Combien de si tristes sorts

Adieu terre tant aimée
Adieu, le vent me porte
Vers un pays sans larme
D’où vous ne paraîtrez plus rien

Trobar nòu

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Ò Rua assomelha
Rua plan mistoflada
Un rai de lum te desnuda
Ò rua abandonada
Dèixa de plorar
Que s’es tornat l’aucèth de lonh
Ò rua abandonada
Dèixa de plorar
Que s’es tornat l’amor de lonh

Un trobar nòu
Ua lenga vièlha
Brembèr que’m dòu
E que me desvelha
Un trobar nòu
Ua rua vièlha
Un tram de jòia
Suus ralhs deu languiment
Aucèth d’aciu
Aucèth d’abriu
Dins l’aubret blanc
Nos vengues cantar
Aucèth d’aciu
Aucèth d’abriu
La flor de gèr qu’es tornada

Ò rua jamès carada
Rua, ni estangada
Sempre passant per la vila
Coneixes los brembèrs
Coneixes los espèrs
E le crit fòrt de la revòlta
Coneixes los brembèrs
Coneixes los espèrs
E le prètz fòrt de la revolta
Un trobar nòu…

Ò rua, tu la companha
Rua deus musicians
Te dediqui aqueste cant
Avèm pas aute lòc
Volèm pas aute lòc
Sonque’l pavat e l’aire libre
Avèm pas aute lòc
Volèm pas aute lòc
Entà cantar’l nòste aire libre
Un trobar nòu…

Français
Trobar Nou (Chanson nouvelle)

Oh rue endormie
Rue bien emmitouflée
Un rayon de lumière te désabille
Oh rue abandonnée
Cesse de pleurer
Car il est revenu l’oiseau de loin
Oh rue abandonnée
Cesse de pleurer
Car il est revenu l’amour de loin

Une chanson nouvelle
Une langue vieille
Souvenir qui me blesse
Et qui me réveille
Une chanson nouvelle
Une vieille rue
Un tramway de joie
Sur les rails du vague à l’âme
Oiseau d’avril
Oiseau de là-bas
Dans l’arbre blanc
Tu viens nous chanter
Oiseau d’avril
Oiseau de là-bas
La fleur d’hier qui est revenue

Oh rue jamais tue
Rue, ni à l’arrêt
Passant toujours par la ville
Tu connais les souvenirs
Tu connais les espoirs
Et le cri fort de la révolte
Tu connais les souvenirs
Tu connais les espoirs
Et le prix fort de la révolte

Oh rue toi la compagne
Rue des musiciens
Je te dédie ce chant
Nous n’avons pas d’autre lieu
Nous ne voulons pas d’autre lieu
Que le pavé et l’air libre
Nous n’avons pas d’autre lieu
Nous ne voulons pas d’autre lieu
Pour chanter notre air libre

Cant de rua

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Quan vei la lua mover de jòi dens la nèit
las sivas alas de lutz capsuus teits
Quan vei la rua que’s moreix d’amor per era
Quan puja le planh de la tèrra
Dempèi la finestra de la cramba
m’embadeix un aire, un cant
ua mar lusenta de plors, de lugrans
Aqueth cant tan tristi
Aqueth cant de rua
Ja chorra deu riu
torrat deu bituma
Les sius esclats
tròçes d’estelas de veire
Abrasan la ciutat
e les tius uelhs dolents

Guitarra trista e confidenta
sabes mesclar dins la madera
ua lagrema
ua estela
de nèit
Guitarra trista e confidenta
sabes unir dins ton cant bèth
la lua brua
la rua blua
de nèit

Aqueth cant, companh
pòrta-le a la lua
jòga-le le planh
Quan damorará muda
Aqueth cant amic
pòrta-le a la lua
jòga-le le crit
le crit de la rua

Français
Cant de rua (Chant de rue)

Quand je vois la lune mouvoir de joie dans la nuit
Ses ailes de lumière sur les toits
Quand je vois la rue qui se meurt d’amour pour elle
Quand monte le cri de la terre
De par la fenêtre de la chambre
M’envahit un air, un chant
Une mer luisante de pleurs, de douleurs

Ce chant si triste
Ce chant de rue
Jaillit du fleuve
Gelé du bitume
Ses éclats
Morceaux d’étoiles de verre
Embrasent la cité
Et tes yeux souffrants

Guitare triste et confidente
Tu sais unir dans le bois
Une étoile
Une larme
De nuit
Guitare triste et confidente
Tu sais mélanger dans ton beau chant
La lune bleue
La rue brune
De nuit

Ce chant compagnon
Porte-le à la lune
Porte-lui la plainte
Même si elle reste muette
Ce chant compagnon
Joue-le à la lune
Joue-lui le cri
Le cri de la rue

Vent d’estiu

(mot e son de Primaël Montgauzí)

Quan son longs les jorns d’estiu
Me veng un vent de lonh per la cortina
Ai, au còth l’alen m’alisa
Ai, au còr m’tòca la brisa

Que hè mover dambdoas alas
De las irondas e deus brembèrs amassas
Que hè volar dins le sococ
L’aucèth d’aicí sus un rai de lonh
E ved le vent que siula suu hiu
Escota e ved com canta ben
E ved le vent, le lonhèc vent d’estiu
Le vent s’en veng, s’en va tanben

De l’orizont risent d’estiu
Me veng un vent de vela d’un naviu
Ai, marinièr sense riba
Ai, me cau seguir la brisa

Français
Vent d’estiu (Vent d’été)

Quand les jours d’été sont longs
Il me vient un vent de loin par le rideau
Ay, dans la nuque le souffle me caresse
Ay, dans le coeur me blesse la brise
Qui fait se mouvoir les deux ailes
Des hirondelles et des souvenirs ensemble
Qui fait voler dans le crépuscule
L’oiseau d’ici sur un rayon de loin

Et vois le vent qui siffle sur le fil
Ecoute et vois comme il chante bien
Et vois le vent, le lointain vent d’été
Le vent s’en vient, s’en va aussi

Du riant horizon d’été
Me vient un vent de voile de navire
Ay, marin sans rive
Ay, il me faut suivre la brise
Qui fait se mouvoir les deux ailes
Des hirondelles et des souvenirs ensemble
Qui fait voler dans le crépuscule
L’oiseau d’ici sur un rayon de loin
Et vois…